Flèche retour

L’Afrique terre promise du Bitcoin ?

Le Bitcoin est-il une solution d’avenir pour le continent Africain ? La célèbre monnaie virtuelle pourrait-elle se développer sur le continent noir ? C’est ce que pense la société Intersango, leader mondial dans le commerce des Bitcoins.
Durant ce mois de mars, des représentants de la société se sont rendus à Lagos au Nigéria pour expliquer les avantages que pourraient apporter la monnaie virtuelle au continent Africain.

Explications

Le développement économique de l’Afrique est freiné par un système bancaire faible et corrompu. Intersango propose donc de développer le bitcoin comme valeur financière dans les pays Africains.
Les avantages pourraient être nombreux. Le bitcoin permettrait de limiter l’existence des faux billets. Il n’y aurait plus non plus l’existence d’une autorité centrale (souvent corrompue en Afrique) qui régulerait les marchés.
Pour l’instant deux pays font l’objet de convoitise de la part de Intersango. Il s’agit du Nigéria et du Kenya. Leur réalité économique serait propice au développement du bitcoin.

Pourquoi le Nigéria et le Kenya ?

Il y’a tout d’abord une croissance rapide de ses deux pays africains. Or la plupart des transactions se font en espèce. Cependant, il n’ya que très peu de guichets automatiques. Un autre problème majeur est que très peu de gens possèdent un compte bancaire dans ces pays.
Selon Intersango, , l’introduction de Bitcoin en Afrique serait rendue plus facile par le fait que son utilisation se base en grande partie sur la téléphonie mobile. Or celle-ci est en pleine expansion en Afrique (et plus particulièrement au Kenya et au Nigéria où presque tous les habitants possèdent un téléphone mobile). En y ajoutant, un logiciel Bitcoin, les Africains pourraient utiliser ce système simple pour leurs transactions.
Le Bitcoin, lancé il y’a quelques années 2009 par Satoshi Nakamoto, ne s’est jamais vraiment imposée comme une monnaie d’échanges en Europe et aux USA. En effet, presque personne n’utilise cette monnaie virtuelle pour s’offrir des biens ou des services. Son ascension fulgurante était le fruit de spéculateurs (la valeur d’un Bitcoin est montée jusqu’à 30 dollars en juillet dernier avant de redescendre aux alentours des 4 dollars).
Certains observateurs pensent que les choses pourraient être » différentes en Afrique et que cette monnaie virtuelle pourrait résoudre des problèmes réels.