Flèche retour

Les plaintes s’accumulent contre Google

Et d’une plainte de plus contre Google ! Les plaintes dénonçant le moteur de recherche américain d’abus de position dominante se multiplie en Europe. La dernière en date est celle déposée par les sites de voyages Expédia et Tripadvisor. Les deux agences accusent Google de concurrence déloyale et d’abus de pouvoir. La Commission européenne a promis qu’elle allait enquêter afin de prendre des mesures. Nous avons déjà reçu 14 plaintes à ce jour contre Google » a affirmé le porte parole de la Commission européenne, Antoine Colombani.

Qu’est-il reproché à Google ?

Il est reproché au géant américain de pénaliser ses concurrents sur les résultats fournis par ses moteurs de recherche. Et principalement dans les domaines où Google possède beaucoup d’intérêts.
Prenons l’exemple des agences de voyage. Google possède en effet son propre service de réservation d’hôtels et de restaurants (Places) Il possède aussi un service de ventes de tickets d’avion (Flight). Ce qui est reproché à Google est de placer ses services en tête des pages de recherche au détriment de ses concurrents.
Depuis 2010, pas moins de 14 plaintes allant dans ce sens ont été déposées auprès de la Commission européenne.
Le discours de Google est toujours resté le même : « «Nous sommes conscients que perdre des places dans les résultats de recherche a des conséquences importantes pour certaines sociétés, mais notre obsession est d’apporter le meilleur service possible à l’utilisateur, les résultats les plus pertinents. C’est notre seul critère» Seul critère ? L’enquête visera à vérifier s’il n’y a pas un abus de pouvoir de la part de Google.

Un autre abus reproché à Google serait d’imposer des clauses d’exclusivités à ses partenaires publicitaires. Là aussi une enquête sera menée.

Une première décision sur ce dossier sensible sera prise par la Commission européenne dans le courant de ce mois «Si les objections à l’activité de Google sont sérieuses, nous poursuivrons notre enquête. Si nous voyons des moyens d’y remédier, nous essaierons» d’en discuter avec Google, a indiqué le porte parole de la commission européenne.